top of page

Instantanés Saint-Louis du Sénégal (2/5)

Saint-Louis du Sénégal est fascinante et envoûtante. C’est un tout autre mystère qui peut se révéler à vous si vous prenez le temps de vous mettre à son diapason et celle du MuPho, le musée de la photographie.


Après avoir passé le pont Faidherbe, serez-vous en mesure de percer l’énigme de la première ville fondée par les Européens en Afrique occidentale au 17e siècle ? Peut-être pas, Saint-Louis ne se dévoile pas facilement de prime abord. Le plus souvent, il vous faudra revenir pour comprendre ses secrets. Cependant, l’important est ailleurs lors de votre première visite de la belle faussement endormie, notamment dans le sentiment de bien-être.

Ouvrez grand vos yeux et vos sens pour ressentir en plein coeur un mini séisme avec le dialogue chromatique de cette cité à l’architecture coloniale, qui s’apprécie mieux au coucher du soleil. L’aspect des couleurs varie selon la course du soleil descendant, selon l'inclinaison de ses rayons sur les crépis des maison. Les tonalités chaudes des ocres jaune-orangé, rouge et brunâtre, les couleurs chatoyantes des bâtisses, la générosité de la lumière, stimulent nos émotions, soutenues par la quiétude et la sérénité des lieux.


Le Mupho, avec son archipel de musées qui ne cesse de croître et composé pour l’instant de 9 maisons, s'inscrit dans le prolongement de cette ambiance. Le Musée de la photographie de Saint-Louis fondé par Amadou Diaw est un ensemble de belles maisons coloniales rénovées et réparties dans l’ile. Chaque édifice à la thématique unique est une merveille de pittoresque et possède une atmosphère bien à lui.


Suivez le guide !


« Kër Repentigny » du nom d’un ancien gouverneur de Saint-Louis d’origine canadienne, raconte l’ancienneté de la photographie à Saint-Louis. On y trouve des photos rares des pionniers Meissa Gaye et Mama Casset, ainsi qu'une rétrospective sur le matériel photographique. Une maison où vous pourrez prendre la pose dans le style et l’attitude des photos de famille de l’époque, comme Sylvère-Henry Cissé ci-dessous.

« Kër Ameth » du nom d’Ameth Gora Diop est dédié à la littérature et aux écrivains sénégalais. On y redécouvre le conteur Birago Diop. L'exposition « Femmes au-delà des apparences » est co-produite par l'Ambassade des Pays-Bas au Sénégal


« Kër Thiane » tire son nom d’une adaptation wolof de « Chrétien ». Il s’agit d’un espace dédié à la sculpture et à … la musique.


« Kër Messaoud », ancienne maison marocaine conservée en l’état et qui abrite des expositions tournantes, comme celle consacrée en ce moment aux tirailleurs sénégalais, mais aussi et surtout la collection personnelle Amadou Diaw. On peut y admirer le travail des artistes comme Leila Adjovi, Malika Diagana, Omar Victor Diop, Delphine Diallo, Fabrice Monteiro, Mario Macilau, Sakia Traoré, Malick Welli et de David Uzochukwu avec Wildfire, son incroyable jeune femme à la chevelure de fumée.


« Kër Lahlou », autre maison marocaine, renferme une exposition sur la presse au Sénégal.


« Kër Guillabert », la dissidente, est allée s’installer au Nord de l’île pour abriter le sous-verre. L’évolution et la technique du suweer y sont racontées à travers les œuvres de Gora Mbengue, Mbida, Anta Germaine Gaye…

« La Villa Mupho » se veut un centre culturel polyvalent, on s’y promène, à la découverte, de l’art primitif africain, a l’histoire des indépendances de l’Afrique de l’Ouest. La « Villa », constitue le cœur battant qui invite à la découverte des autres musées


« Le Comptoir » , la galerie de la résidence privée de Amadou Diaw, maison ouverte est le véritable point de départ de l’archipel de musées imaginés par Amadou Diaw. Ce hangar transformé, offre une vue à couper le souffle sur le fleuve au petit matin. Il est possible d’y rencontrer les membres du club des amis des Musées


« La maison sans toit » est la dernière acquisition du Mupho, un espace ouvert et offert aux performances d'artistes qui complète harmonieusement le parcours. Quelle que soit la maison visitée, une fois franchi la porte vous serez le témoin d’une belle association de tradition et d’innovation qui confirme qu’Amadou Diaw a surmonté le défi imposé par ses aspirations et brillamment réussi a célébré les savoir-faire, la création et la tradition. Alors, laissez-vous aller ! Prenez 2 à 3 heures pour le parcours complet.





57 views

Comments


bottom of page